Le sucre – un ennemi si proche

C’est confirmé ! Le sucre multiplie par trois le risque de mourir d’une maladie cardiovasculaire. Bien évidemment, on parle ici de consommation excessive du sucre. Les grands consommateurs de boissons gazeuses et d’aliments sucrés s’exposent ainsi à des troubles de santé évitables. Nous savons tous que le sucre contribue de façon indirecte aux maladies cardiovasculaires en entraînant le diabète et la prise de surplus de poids cependant, de nouvelles études démontrent que le problème pourrait être davantage plus sérieux qu’on ne pourrait le croire.

sucreLa consommation de fructose, un sucre qui est présent dans la majeure partie des diètes à travers le monde pourrait altérer des gènes liés à plusieurs maladies. Une panoplie de désordres médicaux du diabète aux maladies cardiovasculaires en passant par l’Alzheimer et les déficits d’attention et hyperactivité, sont liés aux changements de gènes au niveau du cerveau. Une étude de l’UCLA (University of California, Los Angeles) a découvert qu’une centaine de gènes pourraient être endommagés par le fructose, fréquemment retrouvé dans les assiettes de la population, pouvant mener aux problèmes d’ordre médical. Des récentes études démontrent que le sucre s’attaque directement aux artères et font en sorte de développer chez le patient une forme toxique de mauvais cholestérol et s’attaque aussi au cerveau.

Comme si on ne s’y attendait pas, les mauvaises nouvelles concernant la consommation de fructose sont réelles mais, il y a aussi de bonnes nouvelles pour remédier à la situation. Un acide gras appelé acide docosahexaénoïque plus communément appelé DHA semble rectifier le tout et inverse les modifications nocives du fructose sur les gènes. Cet acide ne change pas seulement un ou deux gènes mais pousse l’ensemble des gènes à la normale. Le DHS qui se produit naturellement dans les cellules du cerveau, permettrait de combattre les maladies associées à la prise de sucre et fructose. Cet acide gras renverserait les effets nocifs produit par le fructose. Bien que celui-ci se produit naturellement dans les cellules du cerveau, il est insuffisant pour combattre les maladies. Son augmentation doit nécessairement passer par notre alimentation. Le DHA est retrouvé dans le saumon sauvage, certains noix, fruits et légumes. Le fructose que l’on consomme vient principalement d’aliments sucrés de sirop de maïs à haute teneur en fructose.

Des expérimentations faites sur des rats ont témoignés de résultats concluants. Elles ont déterminé que des gènes soit le Bgn et le Fmod sont les premiers du cerveau à être affecté à la prise de fructose. Ils peuvent avoir un effet cascadeur sur une panoplie d’autres gènes.

Les dommages causés au cerveau qui sont dus à la consommation de fructose et ou du sucre est bel et bien un danger. L’alimentation est clairement un composé qui affecte le cerveau. Bien que la découverte du DHA semble être très bénéfique pour le moment, des recherches supplémentaires seront nécessaires pour déterminer ses bénéfices au niveau des gènes humains.